Wëllefcher

 
Element 1@720x.png

8-11 Ans

 

"on fait de notre mieux"

La branche des Wëllefcher vit selon la devise « Nous faisons de notre mieux », ensemble dans une meute, tout comme les loups qui vivent dans la jungle.

La loi des Wëllefcher et leur méthode se basent sur Le livre de la jungle, qui raconte l’histoire de Mowgli, un petit garçon élevé par des loups.

Équipé de son vadémécum, Bic, bloc-notes, bout de ficelle et mouchoir, le Wëllefchen promet de faire plaisir à une personne par jour.

Les Wëllefcher vivent tous ensemble dans la jungle, une forêt tropicale avec beaucoup de plantes dans laquelle vivento nos amis : la famille des loups avec le chef Akela, la mère Rakscha, la panthère noire Bagheera, l’ourse brun Baloo et tous les autres. Dans la jungle, les animaux et les Wëllefcher doivent respecter de nombreuses lois pour permettre une cohabitation paisible. Ainsi, tous les humains et animaux peuvent apprendre et s’amuser ensemble.

Tout comme les loups de la jungle, nous vivons ensemble et respectons la loi des Wëllefcher.

La promesse, la loi et la devise nous aident à toujours faire de notre mieux, à aider ceux qui en ont besoin et à respecter la loi.


 
2015 castors becours kayak - (INTERNET) ev..jpg

nos activités

 

Dans la meute, appelée sixaine, nous vivons des aventures, explorons la nature, jouons, aidons et nous nous divertissons ensemble. À travers la confiance, chacun apprend à se connaître et à se respecter lui-même ainsi que les autres. À travers les jeux, nous apprenons à faire face aux difficultés collectivement.


L’histoire de la jungle

Il était 7 heures du soir et il faisait chaud sur les collines de Seeonee. Le papa loup s’est réveillé de sa sieste et a ouvert grand sa gueule pour bailler. La maman loup, Raksha, était allongée avec son long museau sur ses quatre louveteaux et la lune pointait vers la cave, dans laquelle ils habitaient.

Au moment où le papa loup voulait quitter la cave, le chacal, le lèche-plat Tabaqui est apparu.

Les loups le méprisent, parce qu’il ne fait que semer le désordre, cancaner et voler de la nourriture dans les déchets des humains. Mais quand il perd son sang-froid, les loups le craignent : il perd alors toute peur et mord tous ceux qu’il voit. Dans ces moments, même le tigre fuit devant Tabaqui ! Cette fureur, que nous appelons rage et que les animaux appellent Dewanee, est le pire que puisse arriver à un animal sauvage.

Lire la fin +

Peu ravi, le loup laisse entrer Tabaqui dans la cave et lui explique qu’il ne leur reste plus de restes de nourriture. Malgré cela, Tabaqui ronge sur un os de bouc. Le chacal le remercie, mais avant de partir, il dit : « Shere Khan a décidé de changer de territoire de chasse et souhaite chasser ici durant les prochains mois. » Shere Khan, c’est le tigre, qui habite à 20 milles de là, près de la rivière. Le père était en colère ! Selon la loi de la jungle, le tigre n’avait pas le droit de changer de territoire de chasse sans les prévenir. Le loup avait peur pour sa proie, surtout qu’il devait maintenant chasser pour sa femme. Mais, Raksha l’a consolé : « Lungri, le boiteux, c’est ainsi qu’ils appelaient le tigre, parce qu’il boitait depuis tout petit et devait se contenter de chasser des bovins, avait retourné les habitants de Wanganga contre lui. Ils se lanceront à sa recherche pour se venger. Ils parcourront la toute la jungle à sa recherche et quand il sera assez loin et que l’herbe aura été incendiée, nous devrons fuir avec nos enfants. Nous sommes vraiment très reconnaissants à Shere Khan. » Tabaqui voulait savoir s’il devait raconter cela au tigre, mais le papa loup l’a mis à la porte.

De la vallée, les loups ont entendu un hurlement rauque : une fois de plus, le tigre rentrait de la chasse sans succès. Mais, la mère loup a compris par ce hurlement que le tigre attaquerait un homme cette nuit. Le hurlement du tigre confond les humains de telle manière qu’ils lui courent directement dans la gueule. Le père loup s’est révolté, puisque la loi de la jungle interdit clairement aux animaux de manger des humains. Un humain dévoré signifie que les autres humains chassent les animaux avec des fusils et des éléphants. Les animaux de la jungle en souffriraient alors tous. De plus, les humains sont les êtres les plus faibles : il serait alors injuste de les attaquer et, apparemment, les mangeurs d’hommes perdraient toutes leurs dents ! De loin, les loups entendaient maintenant que Tabaqui avait rejoint le tigre.

Au même moment, ils ont entendu un bruissement … Le père loup s’est apprêté à sauter ! Il a sauté haut, tel une flèche, et a atterri au même endroit. « C’est un humain !!! Un enfant », s’écrie le loup. Devant lui se tenait un petit enfant brun et nu pouvant à peine marcher. Le petit garçon nu se promenait tout seul dans la cave des loups et a souri au père loup. « Apporte le moi. Je n’ai jamais vu une chose pareille », s’est exclamé Rakscha. Elle l’a longuement examiné et constaté que le fait de rencontrer un enfant humain aussi près de loups était une rareté. « Il n’a pas un seul poil », a constaté le papa loup. « Je pourrais le renverser facilement, mais il me regarde sans peur ». Entretemps, Shere Khan et Tabaqui étaient arrivés à l’entrée de la cave. Le tigre cherchait sa proie, mais le papa loup savait que l’entrée de la cave était trop serrée pour un grand tigre. Coincé dans la cave, Shere Khan avait l’air ridicule. Son braillement a retenti dans la cave comme du tonnerre, mais la maman loup a sauté dans sa direction et annoncé : « L’enfant est à moi, Lungri ! Il grandira avec la meute et un jour, il te chassera, Shere Khan, chasseur de petits enfants nus et mangeur de grenouilles. Maintenant, tais-toi et disparais à jamais ! ».

„Je ne peux pas faire face à une mère enragée », a pensé le tigre. Doucement, il est arrivé à sortir de la cave. « Rira bien qui rira le dernier ! J’ai hâte de voir la réaction de la meute quand elle verra l’enfant. Un jour, je dévorerai cet enfant ! », a-t-il grogné. Les parents savaient qu’ils devaient présenter l’enfant à la meute. Mais, Rakscha portait déjà le jeune humain dans son cœur : « N’aie pas peur petite grenouille. À partir de maintenant, nous t’appellerons Mowgli, la grenouille ». La loi de la jungle dit explicitement que tout louveteau doit être présenté au conseil de la meute aussitôt qu’il sait marcher. Ce conseil se rassemble une fois par mois à la pleine lune pour que les louveteaux se rencontrent et fassent connaissance. Après inspection, les louveteaux intègrent la meute …

Quand ils ont fait leurs premiers pas, les parents ont présenté les louveteaux et Mowgli au conseil de la meute. Toutes les familles de loups présente ses louveteaux au milieu de la meute, entre les rochers. À ce moment, Akela a crié : « Vous connaissez la loi ! Observez bien, loups. » Quand son tour était arrivé, le papa loup a doucement poussé Mowgli, qui s’est laissé tomber en riant et a commencé à jouer avec les cailloux. Akela n’a remarqué l’enfant qu’au moment où Shere Khan a hurlé d’en haut, que l’enfant lui appartient et qu’un enfant ne devrait pas faire partie d’une meute de loups. Selon la loi de la jungle, si l’insertion d’un louveteau est mise en doute, 2 membres de le meute, outre les parents du petit, doivent voter en faveur du louveteau. Alors que Raksha s’imaginait le pire des scénarios, elle a entendu un grognement. C’était Baloo, l’ours brun, le seul autre animal toléré par la meute. Il peut aller et venir à sa convenance, parce qu’il ne mange que des noix, des racines et du miel. « Je suis en faveur de l’enfant. Laissez-le intégrer la meute. Je serai son tuteur et je garantirai qu’il ne fera de mal à personne. », dit l’ours.

Mais, il manquait le deuxième vote. Soudain, une ombre noire a sauté au milieu du conseil. C’était Bagheera, la panthère noire. Bagheera était aussi intelligent que Tabaqui, aussi audacieux qu’un buffle sauvage et aussi courageux qu’un éléphant. Mais, sa voix était aussi douce que du miel sauvage qui coule des arbres et son poil était aussi doux que des duvets. Bagheera a soutenu Baloo dans sa mission de faire accepter Mowgli dans la meute. La décision a été facilitée lorsqu’il a offert une vache en tant que remerciement. « Loups, regardez bien ! », dit Akela. Mowgli était encore occupé avec les cailloux et n’a pas remarqué que tous les loups l’observaient. Ils sont alors tous descendu dans la vallée pour se rapprocher de la vache qu’il leur avait promise. Seul Akela, Bagheera, Baloo et la famille de Mowgli sont restés sur place. Shere Khan criait encore comme un fou dans la nuit. « Tu peux crier autant que tu veux », a dit Bagheera. « Le jour viendra, où ce petit garçon nu te fera hurler d’une autre manière ! » Akela a dit au père : « Éduque-le comme il se doit pour quelqu’un du peuple libre. ». Et ainsi, Mowgli a été accepté par la meute de Seeonee. Il a vécu de nombreuses aventures avec ses frères et ses deux tuteurs, à l’image des scouts et des « Wëllefcher ».